[Tribune] Pride radicale 2021 : « la lutte LGBTQI+ opposa des personnes trans racisé·e·s aux forces de police »

Une quinzaine de collectifs et associations préparent une alternative à la traditionnelle marche des fiertés de l’Inter-LGBT. Prévue le dimanche 20 juin à Paris, cette contre-marche des fiertés se revendique comme anti-raciste, anti-capitaliste et radicale.

Nous, personnes LGBTQI+ et racisé·e·s, appelons nos adelphes à se mobiliser le dimanche 20 juin pour une véritable Marche Des Fiertés LGBTQI+ politique, anti-raciste et anti-capitaliste : la Marche des Fiertés anti-raciste et anti-capitaliste 2021.

La date de notre Marche correspond à celle de la journée mondiale des réfugié·e·s et autres personnes déracinées. C’est l’occasion pour nous de rendre hommage à la force, au courage et à la persévérance de populations qui font partie des plus marginalisées de la société. C’est aussi notre devoir de soutenir et faire preuve de solidarité envers les réfugié·e·s, les migrant·e·s et les sans-papiers.

Dans un milieu associatif LGBTQI+ en France dominé par les personnes blanches, où il est difficile de se faire entendre en tant que personnes racialisées et d’être pris·e·s au sérieux dans nos revendications, nous nous désolidarisons de la Marche des Fiertés organisée par l’Inter LGBT qui ne nous représente pas.

De par sa position de monopole, l’InterLGBT au lieu de se focaliser à aider les plus précaires, capitalise sur nos luttes en travaillant de concert avec le gouvernement, accepte dans ses rangs les forces de l’ordre et accueille à bras ouverts la présence d’entreprises adeptes de pinkwashing pour financer sa marche.

Notre Marche des Fiertés est politique car elle n’oublie pas les origines de la lutte LGBTQI+ qui opposa des personnes trans racisé·e·s aux forces de police venues les interpeller pour cause d’attentat à la pudeur. Nos fiertés ne seront pas confinées par un système qui continue de nous brimer, de restreindre nos libertés individuelles et de nous invisibiliser. Nous donnons de la visibilité à nos adelphes LGBTQI+ et nous refusons la présence de partis politiques qui répondent à un agenda électoral.

Notre Marche des Fiertés est anti-raciste car elle assume de dénoncer un racisme systémique et une islamophobie d’Etat à l’heure où nos organisations anti-racistes autonomes sont menacées par l’amendement UNEF de la loi contre le séparatisme ; loi qui affirme également l’islamophobie décomplexée qui, plus qu’une attitude, est un projet politique assumé par nos dirigeant·e·s. Nous n’oublions ni les discriminations qui frappent au quotidien nos adelphes de confession musulmane, ni les conséquences de la colonisation française et les stéréotypes qui collent encore à la peau de nos adelphes noir·e·s. Nous dénonçons également l’escalade de la violence à l’encontre de nos adelphes d’origine asiatique qui sont victimes de racisme et de xénophobie.

Notre Marche des Fiertés est anti-capitaliste car notre manifestation politique ne sera pas éclipsée par la plus grande fête du capitalisme. Nous refusons la présence d’entreprises qui instrumentalisent nos luttes et identités LGBTQI+ le temps d’une journée, alors que notre communauté souffre de la précarisation favorisée par le néolibéralisme contemporain.

Nous revendiquons un militantisme, LGBTQI+, queer, féministe, anti-raciste, anti-validiste et anti-capitaliste. Nous assumons d’être à la marge de ce système qui opprime les handis, personnes grosses, les séropos, les travailleur·euse·s du sexe, les LGBTQI+, les racisé·e·s et les migrant·e·s. Nous défendons la convergence des luttes pour mettre fin à ce système oppressif et construire ensemble un monde plus inclusif.

Nous exigeons le retrait des lois et projets de lois cherchant à contrôler les corps et les vies des femmes qui portent le voile sous prétexte d’un prétendu féminisme.

Nous exigeons le retrait des projets de lois qui interdisent les réunions en mixité choisie racisée.

Nous exigeons une loi bioéthique sur la PMA non raciste, non validiste et non transphobe. Nous exigeons la régularisation de toustes les Sans-Papier·e·s et la fermeture des CRA.

Nous exigeons des dispositifs VIH, de réduction des risques, de prévention et de dépistage qui soient adaptés à tous les modes de vie ainsi qu’une gratuité des soins.

Nous exigeons une loi dédiée pour interdire enfin les thérapies de conversion et allant plus loin que les mesures déjà en place inefficaces.

Nous appelons nos adelphes LGBTQI+ à se réveiller afin que nos communautés se politisent, se soutiennent et agissent en solidarité avec les plus fragiles : les migrant·e·s, les réfugié·e·s, les racisé·e·s… mais également toutes personnes subissant les LGBTQIphobies et le racisme institutionnel. Nous avons besoin d’unir et d’organiser nos forces pour faire avancer nos droits !

Publié le 13 juin 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s