Visiter le Paris afro-LGBT

Nos histoires ne sont pas dans les encyclopédies. Mais nos récits sont dans nos corps, nos archives sont nos mains. Et nos mémoires sont dans les rues. Celles où nous, afro-LGBTQ, passons et celles où nos ancien-ne-s sont passé-e-s. Comme le prouve la toute première visite guidée du Paris afro-LGBTQ qui propose : « un regard sur le passé et le présent en retraçant les expériences parisiennes d’étonnantes personnalités LGBTQ Noires».

Du Carrousel de Paris jusqu’au Théâtre national de l’Opéra Comique, en passant par le Café de Flore, nos mémoires sont là. Des coups de poing de Panama Al Brown jusqu’aux balades nocturnes de James Baldwin, en passant par les amours cachés de Joséphine Baker, nos récits sont là. Comme le raconte si bien Brian Scott Bagley, le guide du Paris afro-LGBTQ.

Danseur-chorégraphe et artiste burlesque, Brian Scott Bagley est un grand amoureux de la capitale française dans laquelle il vit depuis douze ans. Né aux Etats-Unis, le débordant d’énergie Brian est l’un des plus fervents admirateurs de l’icône queer-noire Joséphine Baker. Il est un véritable passionné d’histoire et d’archives perdues : collectionneur de photos en noir et blanc et de petits livres anciens qui remplissent ses poches d’anecdotes croustillantes.

Fruit d’un précieux travail de restitution, la visite guidée de Brian Bagley rend un puissant hommage à la diaspora afro-américaine, aux artistes et intellectuels de renoms, femmes et hommes noires de talents. Son enrichissante visite guidée met en lumière un pan caché de l’histoire afro-américaine : ses célèbres personnalités LGBTQ plus ou moins dans le « placard » hier dont la sexualité est pourtant encore enfermée aujourd’hui… Des personnalités queers-noires pour qui l’identité intersectionnelle était (consciemment ou non) une force dans leurs arts, la source potentielle de leurs talents, ce par quoi leurs fibres artistiques et intellectuelles se démarquaient.

Rendant justice à bien de nos ancien-ne-s souvent oublié-e-s, la visite guidée du Paris afro-LGBTQ explore une histoire des minorités dans les grands lieux parisiens, hauts lieux de la culture dominante, qui rappelle que la résistance et la subversion des normes s’exercent aussi parfois dans les lieux de pouvoir. Elle rappelle aussi à quel point l’histoire queer noire est difficile à reconstituer dans une société aussi bien homophobe que négrophobe. Plus difficile malheureusement à reconstruire pour les femmes lesbiennes et personnes transgenres que pour les hommes cisgenres.

Par F.D.K., éditorialiste pour Gusoma

Publié le 30 octobre 2019

Informations supplémentaires : http://www.brianscottbagleyco.com/tours/ ou https://www.airbnb.fr/experiences/974110

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s